Soumise à un homme et une femme dominatrice lors d’un apéro libertin au zoo

Je m’appelle Zoe, une jeune femme de 24 ans, grande et pulpeuse, d’origine asiatique. Je travaille comme assistante administrative et je viens tout juste de sortir d’un divorce. J’assume pleinement ma bisexualité et j’ai un faible pour les pratiques BDSM, en particulier la soumission et le bondage.

Ce soir, je me rends à un apéro libertin dans un lieu hors du commun : un zoo. Vêtue d’une tenue en latex noir qui met en valeur mes courbes voluptueuses, et chaussée de talons hauts qui accentuent ma taille, je suis excitée à l’idée de me soumettre à des inconnus et de réaliser mes fantasmes les plus inavoués.

À mon arrivée au zoo, je me dirige vers la zone réservée pour l’événement. Un maître de cérémonie m’accueille avec un sourire en coin et me propose un verre. « Détends-toi, Zoe, » me dit-il. J’accepte sa proposition et commence à observer les autres participants. Mon regard croise celui d’un homme musclé et tatoué qui me dévore des yeux, et d’une femme élégante et dominatrice qui semble s’intéresser à moi.

Je décide de m’approcher de l’homme, son regard intense m’excite. « Je veux me soumettre à toi, » lui dis-je d’une voix tremblante. Il accepte avec un sourire en coin et me conduit dans une pièce privée. Il me déshabille lentement, prenant le temps de caresser chaque courbe de mon corps. Ses mains rugueuses me font frissonner. Il me ligote sur une table, mes mains et mes pieds attachés aux quatre coins. Je me sens vulnérable, mais cette vulnérabilité n’est que le début de mon plaisir.

Il commence à me caresser, ses doigts glissant sur ma peau, me faisant frissonner de désir. Il doigte ma chatte, me faisant gémir de plaisir. Je suis trempée, prête à être prise. Il sort un gode-ceinture et me pénètre sauvagement. Je gémis de plaisir, le suppliant de continuer. « Baise-moi, je t’en prie, » je crie, perdue dans le plaisir.

Soudain, la porte s’ouvre et la femme dominatrice entre dans la pièce. « Laisse-la moi, » ordonne-t-elle à l’homme. Il obéit, laissant sa place à la femme. Elle me détache et me fait mettre à genoux devant elle. Elle sort un gode et me force à le sucer. « Suce-le, salope, » m’ordonne-t-elle. J’obéis, excitée par cette situation de soumission extrême.

Elle me fait ensuite me mettre à quatre pattes et me pénètre avec un strap-on. Elle me donne des fessées, sa main claquant contre ma peau. « Tu aimes ça, hein, chienne ?, » me demande-t-elle. Je ne peux que gémir en réponse, perdue dans le plaisir. Elle me traite de tous les noms pendant qu’elle me baise comme une chienne. Je jouis plusieurs fois, suppliant pour qu’elle continue.

Mais alors qu’elle me laisse partir, me laissant épuisée mais satisfaite, je me rends compte que la soirée est loin d’être terminée. Je me demande ce que le reste de la nuit me réserve. Je sais juste une chose : je suis prête à tout. Et je sais que je reviendrai pour d’autres aventures libertines.

À suivre…Je me relève lentement, mes jambes tremblantes à peine capables de me supporter. Je peux encore sentir la chaleur de leurs corps sur ma peau, les marques de leurs mains sur mes fesses. Je suis couverte de sueur, mon corps encore palpitant de l’intense plaisir que je viens de vivre. Mais je sais que je veux plus. Je suis une chienne en chaleur, prête à me faire prendre par n’importe qui.

Je me dirige vers le bar, mon corps toujours tremblant d’excitation. Je commande un verre et je me tourne vers la foule. Mon regard croise celui d’un homme élégant, vêtu d’un costume sombre. Son regard me fait frissonner. Je me dirige vers lui, mes talons claquant sur le sol. « Tu veux baiser ?, » je lui demande d’une voix rauque. Il sourit, acceptant mon invitation.

Il me conduit dans une autre pièce privée. Je me déshabille devant lui, lui offrant une vue imprenable sur mon corps nu et mouillé. Il se déshabille à son tour, révélant une bite épaisse et dure. Je me mets à genoux devant lui, prête à le sucer. « Pompe-moi, » m’ordonne-t-il. J’obéis, prenant sa queue dans ma bouche, le goût de son chibre me faisant frissonner. Je le pompe avidement, mes lèvres glissant le long de sa tige.

Il me fait ensuite me mettre en levrette, mes fesses en l’air, exposant ma chatte trempée et mon anus serré. Il me doigte, me faisant gémir de plaisir. Puis, il enfonce sa bite dans ma chatte, me baisant sauvagement. Je gémis de plaisir, le suppliant de continuer. « Baise-moi, enculé, » je crie, perdue dans le plaisir.

Il me retourne ensuite, me faisant m’allonger sur le dos, les jambes écartées. Il se penche sur moi, suçant mes seins, mordillant mes tétons. Puis, il descend plus bas, sa langue trouvant mon clitoris. Il me lèche, me suçant, me faisant gémir de plaisir. Je suis au bord de l’orgasme lorsqu’il arrête soudainement, me laissant haletante et frustrée.

Il se lève, me regardant avec un sourire en coin. « Tu veux jouir, salope ?, » me demande-t-il. Je ne peux que gémir en réponse, suppliant pour qu’il continue. Il me retourne à nouveau, me faisant me mettre à quatre pattes. Il enfonce sa bite dans mon cul, me sodomisant brutalement. Je crie de douleur et de plaisir, mes cris résonnant dans la pièce.

Il me baise comme une chienne, sa queue allant et venant dans mon fion serré. Je peux sentir son chibre me remplir, me étirant, me faisant jouir encore et encore. « T’aimes ça, hein, cochonne ?, » me demande-t-il. Je ne peux que gémir en réponse, perdue dans le plaisir.

Soudain, il se retire, me laissant vide et haletante. Il se branle devant moi, sa main glissant le long de sa queue. « Je vais jouir, » m’avertit-il. Je m’ouvre la bouche, prête à recevoir son sperme. Il jouit, son foutre chaud atterrissant sur mon visage, dans ma bouche. Je savoure le goût de son sperme, l’avalant avidement.

Je me relève lentement, mon corps encore tremblant de plaisir. Je me rhabille, me préparant à quitter la pièce. Mais je sais que je reviendrai. Je suis accro à ces soirées libertines, à ces moments de plaisir intense et de soumission extrême. Je suis une chienne, une salope, une chaudasse. Et j’adore ça.

À suivre

Publications similaires